Castration

Âge idéal : 18 mois

A la naissance les testicules sont logés dans une cavité abdominale. Ils descendent au cours de sa 1ère année et jusqu'à atteindre une certaine grosseur, ils jouent au yoyo et remontent par moment se cacher dans cette cavité abdominale. Le risque d'une opération avant 18 mois est qu'une ou l'autre ou les deux remontent s'y loger pendant l'opération, elles ne sont alors plus atteignables lors d'une simple intervention de castration à domicile hors clinique équine. A partir de 18 mois, elles sont en principe totalement descendues. Une opération plus jeune est possible, en clinique équine spécialisée par des vétérinaires compétents qui connaissent bien les soins aux ânes.

Plus l'âne vieilli, plus les risques , augmentent. La zone est enrobée de plus de graisse que chez le cheval et très vascularisée.

Précautions avant opération

  • Castration au printemps HORS saison des mouches, à l'automne éventuellement aussi, mais suivant les régions, les mouches commencent à s'éterniser de plus en plus tard.
  • L'âne est un animal qui supporte mal le fait d'être à jeun. Comme c'est obligatoire pour l'anesthésie, il faut demander au vétérinaire d'être précis dans son horaire et s'il dit qu'il viendra à 8h du mat, c'est pas 11h voir même plus tard.
  • S'assurer que la vaccination tétanos est à jour !

Les risques :

  • Les risques dus à l'anesthésie et au fait que l'âne, très vascularisé avec une coagulation plus lente à tendance aux hémorragies. S'assurer que le vétérinaire connaît les ânes.
  • Les risques de  post-opératoires, le véto fait soit une piqure d'antibiotique retard qui agit sur 3 jours, soit il laisse 3 seringues si on se sent de faire les injections, soit on peut donner l'antibiotique en poudre par la bouche.

Précautions post-opération

  • Après l'anesthésie, le surveiller jusqu'à complet réveil. Ensuite il va être titubant et risque de tomber et de se faire mal. Il est prudent de rester un moment avec lui encore. Durée variable en fonction de chaque individu.
  • Lui remettre assez rapidement de la nourriture pour qu'il reste à jeun le moins longtemps possible, risque d'hyperlipémie
  • Garder l'âne tranquille, éviter qu'il saute ou fasse le fou avec ses congénères (mieux vaut l'isoler quelques jours) pour éviter une éviscération ou une hémorragie sur une opération semi-fermée, technique généralement pratiquée à domicile.
  • Un certain gonflement est normal, parfois on se demande même si les testicules ont bien été retirés. Il faut cependant surveiller. Si l'animal est gardé au box, il faut prendre la précaution de le faire marcher en longe plusieurs fois dans la journée, sur un court moment, pour assurer un bon retour circulatoire. Le véto, lui fait une injection d'anti-inflammatoire par voie veineuse au moment de l'opération, puis ensuite administration sur 3 à 5 jours d'anti-inflammatoire par voie orale.
  • En principe couvert par l'antibiotique, il ne doit pas y avoir sur-infection. Surveiller l'écoulement de liquide mêlé de sang qui s'écoule dans les premières heures et qui est normal et nécessaire pour assurer le drainage de la plaie. Tout écoulement trop important, qui augmente, qui change de couleurs, d'odeurs demande un téléphone au vétérinaire. Un soin local avec une lotion à base de teinture de iode est possible, très délicatement sous forme de douche, prendre la précaution d'effectuer ce soin en mettant des gants.

La castration est un acte qui représente un certain danger, une décision à prendre en connaissance de cause. Castrer un mâle entier qui est généralement amené à vivre hors contexte de reproduction, est, pour moi, un acte responsable. Cependant, la castration n'est pas en soi, une solution dans la résolution d' un problème de comportement et NE remplace en aucun cas une bonne éducation. Un âne castré continue à s'intéresser et à saillir les ânesses, c'est normal.

©Alm-Âne-Ach 2006-2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×