Longe n°1 : désensibiliser votre âne

La longe N°1

Nous avons vu comment habituer un âne à mettre un licol.

C'est un « outil » qui lui est maintenant, parfaitement familier, nous allons donc pouvoir passer à l'étape suivante : La longe.

 

Chaque apprentissage doit être progressif. Et si nécessaire, décomposé en différentes étapes

La longe

  • La longe est, pour lui, un nouvel objet.
  • Le fait d'être habitué au licol, n'implique pas qu'il accepte la longe.

Comme pour toute nouveauté, il a besoin de

  • La sentir
  • La toucher avec sa bouche
  • De se l'approprier

 

Maintenant qu'il vous laisser venir à lui, licol en main et se laisse le mettre confiant

  • Vous allez faire la même chose en vous mettant la longe autour du cou, pendant quelques jours, sans plus vous en occuper.
  • S'il vient la renifler, vouloir la prendre dans la bouche, on le laisse faire.
  • On peut aussi laisser trainer négligemment la longe par terre , à côté de son foin ou posée sur une barrière.

La suite

Sera de lui présenter la longe tenue en main et si son accueil est favorable,

  • On va le caresser avec cette dernière, sur l'encolure, le dos, la croupe, d'un côté et de l'autre,
  • Puis la lui passer comme un collier sur l'encolure,
  • La faire bouger et même tournoyer autour de vous
  • Et quand vous le sentez prêt, autour de lui.

 

Attention, à la moindre retenue de sa part, toujours revenir au stade précèdent et le remettre en confiance

 

Il se laisse mettre le licol et caresser avec la longe sans aucune réticence

  • On peut alors lui accrocher la longe à l'anneau du licol
  • Et rester à côté de lui, longue longe
  • Sans exercer de traction pour l'instant
  • Ni chercher à faire quoique ce soit

Les premiers pas attaché à sa longe

Les premiers pas en longe, c'est un peu l'âne qui nous promène.

  • On va se contenter de le suivre quand il se met en mouvement
  • Et de profiter pour lui dire « En avant » dans la même seconde que l'action
  • L'encourager de la voix et de petites récompenses.
  • Dans la mise en place de la confiance, vous avez aussi pris l'habitude de vous accroupir pour le faire venir vers vous. Faites la même chose, de la distance de la longe, sans tirer et dès qu'il vient vers vous, récompensez le.

Et le travail commence gentiment

Comment lui apprendre à avancer

Il sait que cette espèce de ficelle, nous relie à lui et que nous le suivons là où il va, qu'il peut venir vers nous comme avant, mais avec ce « raccord ». Ce qu'il ne sait pas encore, c'est que maintenant, c'est lui qui va nous suivre et aller là où nous voulons qu'il aille.

  • Paradoxalement, la meilleure manière pour lui apprendre à avancer est de commencer par le faire tourner.

Il sait aussi peut-être plus ou moins le sens du mot « En avant » mais pour l'instant, nous allons lui apprendre à tourner sur lui même. Avec la position de notre corps, nous allons lui apprendre à déplacer le sien.

  • On se place à hauteur de son épaule un peu en retrait en direction des fesses, du côté où l'on se sent le plus à l'aise, écarté d'une cinquantaine de centimètre, selon la taille de l'âne, l'on peut se baisser légèrement.
  • L'idée est de se place en dehors de son champs de vision, afin de piquer sa curiosité (et l'âne n'en manque pas) et le pousser à tourner sa tête pour voir ce que l'on fait
  • On peut attirer son attention d'un toucher de main ou éventuellement avec une gourmandise.
  • Quand il amorce le mouvement de tête, c'est une étape donc on le félicite,
  • Puis par déplacement de notre corps vers l'arrière, on l'entraîne dans notre déplacement en « chassant ses fesses ».
  • Il se peut qu'il soit inattentif et ne tourne pas la tête de lui même, toujours le même principe, on l'amène à le faire en donnant des petites impulsions sur la longe et félicitations dès qu'il commence à tourner la tête
Nul besoin de tirer sur la longe, surtout pas d'ailleurs, l'intention est vraiment de le pousser à nous accompagner dans notre mouvement.
  • On peut au début s'aider de notre deuxième main, en imprimant des petites touchettes sur sa fesse
  • Attention, jamais de pression forte qui induirait une résistance
  • Ou avec le bout de la longe, juste un effleurement.

Un âne c'est une force tranquille

  • plus on pousse, plus on tire, plus on renforce sa résistance, moins on obtient le résultat recherché.
  • Notre force physique étant parfaitement inférieure à la leur, il serait utopique de penser contrôler un âne par ce biais et ils le savent bien.

Deux bonnes raisons à cet exercice

  • Il est plus facile de mettre un âne en mouvement, en l'amenant à nous suivre sur le côté plutôt que tout droit. Tirer pour aller tout droit est une action vouée à l'échec et à perte d'énergie. Écartez vous sur un de ses côtés en avant de lui et amenez le à tourner légèrement la tête, il viendra vers vous plus facilement. Vous entrerez alors plus dans son champs de vision.
  • Au cours des balades, il arrive que notre nounours d'amour décide de la direction à prendre et cherche à nous embarquer. Avec une bonne observation de notre part et donc comme toujours de l'anticipation, le fait de l'amener à tourner sur lui-même va, très logiquement, l'empêcher d'aller tout droit.
Avant de partir en balade extérieur, il est prudent d'apprendre à contrôler son âne.

Maintenant qu'il sait tourner, avançons !  : La longe N°2 Faire avancer son âne en longe

©Alm-Âne-Ach 2006-2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×