Comment préparer son arrivée ? son pré, aller le chercher, son premier transport

Comment accueillir votre âne ? Son premier jour à la maison.

Et voilà, le grand jour est enfin arrivée. Depuis le temps que vous y pensiez, que vous aviez rêvé d'accueillir un âne chez vous, il est temps d'aller le chercher et de lui faire découvrir sa nouvelle demeure.

Comme je le conseille tout au long du site et du forum, le mieux quand on veut avoir un âne chez soi, c'est d'en prendre DEUX tout de suite, provenant du  même endroit et les faire arriver ensemble. Les ânes aiment être en troupeau, c'est un animal grégaire et la meilleure compagnie pour lui, reste un autre âne.

Sur le principe, un ou deux ânes, l'accueil reste le même. Connectons nous à l'état d'euphorie, d'impatience, de stress  dans lequel vous allez être ce jour là. Alors la toute première chose à faire, est de se relaxer. L'âne est super sensible à nos émotions. Il sera incapable d'analyser ce qu'il ressentirait de notre excitation et cela contribuera à l'inquiéter.

Le départ de son ancienne maison sera déjà suffisamment traumatisant pour prendre sur nous et tenter d'être aussi calme et rassurant que possible.

Et de nous demander ce qu'il est en train de quitter :

L'âne est un animal de rituels, d'habitudes, il aime la sécurité que lui procure une vie régulière et rythmée. D'un coup on l'arrache à tous ses repères :

  • Dans la plupart de cas, il a certainement été sevré peu de temps avant (quand on prend un bébé)
  • Il quitte une famille d'ânes dans laquelle il avait sa place établie
  • Il quitte une famille humaine dont il connaissait le vocabulaire, les réactions, les odeurs
  • Il doit certainement monter dans un van, dans la plupart des cas c'est la première fois
  • Il va faire de la route, même si c'est 5 min. le mouvement du véhicule peut lui faire peur
  • Il arrive dans un lieu complètement inconnu
  • Il découvre des humains inconnus qui plus est surexcités par son arrivée (euhhh, c'est pas une critique, je suis passée par le stade limite hystérie avant l'arrivée de mes ânes)
  • Il ne parle pas le langage de ces nouveaux humains
  • S'il arrive tout seul, découvre la solitude
  • S'il arrive dans un troupeau, il doit s'y faire une place (même si on prend soin de les séparer au début, ça se fera tôt ou tard)
  • S'il arrive avec un copain, c'est le mieux, ils se rassureront mutuellement !!!

Alors essayons de préparer son arrivée au mieux 

Si vous avez choisi un élevage à proximité de chez vous et si l'éleveur est d'accord (un bon éleveur soucieux de trouver « une bonne place » à ses ânons sera d'accord, ce peut être un critère de choix de l'endroit de naissance de votre âne), allez le voir aussi souvent que possible. Il s'habituera progressivement à vous, à votre odeur dans un contexte rassurant aux côtés de sa maman et de ses congénères. Vous pourrez lui montrer son petit licol, le lui essayer, l'habituer à la longe, le désensibilisé en le caressant partout, l'habituer à vous suivre dans son pré. Le jour de partir, la moitié du travail est fait.

Si vous choisissez un élevage plus éloigné et que vous n'avez pas la possibilité d'aller lui rendre visite avant son départ, alors vérifier que l'éleveur est consciencieux et prépare votre ânon « dans les règles de l'art » lui mettre un licol, lui montrer ce qu'est une longe,  se laisser caresser partout et éventuellement lui avoir déjà appris à monter dans un van avec sa maman. Ce qui est la plus simple manière d'apprendre à un âne à être en confiance dans un van, si sa maman y monte aussi sans souci.

Pendant l'attente de son arrivée, vous allez préparer son logement. Il va avoir un grand pré, la clôture est faite, l'herbe y sera succulente, sa cabane mieux qu'un 5 étoiles. Cependant pour les premiers jours de son arrivée et dans le but qu'il s'habitue à vous dans les meilleurs conditions, faites autour de sa cabane un petit parc, 100m2 seront parfaits et prévoyez du foin et de la paille. Pour quelques jours, il n'ira pas encore brouter sa nouvelle herbe et il sera nourri par vous exclusivement. Le rapport à la nourriture est un des meilleurs moyens d'instaurer le contact et la confiance. Je vous invite d'ailleurs à aller lire la rubrique « Confiance », où j'explique plus en détail la mise en place d'une relation de confiance réciproque.

Le jour avant le grand jour, tout est prêt dans sa cabane, le foin et la paille sont dans le râtelier, une mangeoire avec quelques rondelles de carottes l'attende aussi. De manière à ce que dès ses premiers instants, il se sente chez lui dans ce nouveau lieu.

Parlons maintenant du transport

  • Vous assurez le transport vous-même.

Vous avez préparez le van avec de la paille au sol et si possible un filet de foin pour le tranquilliser pendant la route. Vous avez prévu le plein de rondelles de carottes ou de pommes (ou les deux!!!) et ….le maxi plein de patience et de sérénité. Prévoir du temps devant vous et surtout, prenez votre temps. Blindez-vous au stress, aux remarques des personnes autours qui voudraient vous presser. C'est son premier voyage et c'est le plus important. Tout ce qui est imprimé dans sa tête de positif est autant de temps de gagner dans son éducation. Les mauvais souvenirs sont terriblement longs à effacer, alors si on arrive à les éviter dès le départ, ne nous en privons pas.

Pour faire monter un ânon dans un van, sans trop le traumatiser

Faire en sorte que le van soit aussi lumineux que possible et le moins fermé possible en ouvrant la petite porte à l'avant, en levant la bâche du dessus s'il y en a une.

  • Si on un autre âne habitué à monter, ou sa maman, le (la) faire monter en premier. Il (elle) redescendra après tranquillement.
  • Ou alors en l'encadrant, une personne N°1 tient une longue longe et se place dans le van, une personne N°2 derrière lui et deux personnes N°3 et 4 de chaque côté. La N°1 est juste là pour raccourcir la longe au fur et à mesure que l'ânon va avancer, en gardant une tension très légère mais sans tirer, elle lui montre aussi les carottes et les pommes. La N° 2 effectue des pressions successives sur la croupe de l'ânon pour le stimuler à avancer. Les N° 3 et 4 cadre la direction de l'ânon et l'empêche de partir sur les côtés. Et ça prend, le temps que ça prend !!!
  • Si vraiment, il faut accélérer le mouvement, alors deux personnes se tiennent de chaque côté à l'arrière de l'âne, ils s'empoignent solidement chacun par l'avant bras de l'autre, pour former une espèce de cuillère qu'ils passent sous les fesses de l'âne et hop le soulève et le propulse dans le van, accueilli avec félicitations, grattouilles et friandises par la 3ème personne positionnée dans le van.

Petit âne est enfin monté. Avant de démarrer et de faire la route, prenez le temps de rester un moment avec lui dans la remorque, lui parler, lui donner quelques rondelles de carottes. Le laisser s'habituer à cet habitacle barbare. Demandez à quelqu'un de fermer la rampe, tout en restant avec lui à l'intérieur et sortez par la porte avant. Si vous avez un très court trajet à faire et que vous êtes allés le chercher à deux, restez avec lui dans le van et laissez conduire votre compagnon de voyage.

Conduisez TRES TRES TRES coulé, souple, hyper lentement, anticipez tous les freinages. D'ailleurs il est intéressant d'être un jour passager d'un van qui roule, on change sa perception de conduite après.

Suivant comment sont placées les barres de protections et d'attaches de votre van, mieux vaut le laisser libre surtout s'il voyage avec un autre âne qui lui, est par contre attaché. Si vous faites la route avec lui, tenez simplement la longe. Sécuriser toujours la petite porte à l'avant en la fermant à clé. Certains passagers malins sont capables d'ouvrir les portes, il serait fort regrettable de perdre votre ami en route et de mettre sa vie et celles des usagers de la route, en danger.

  • Si vous faites appel à un transporteur

Prenez le temps de lui poser toutes les questions qui vous préoccupent et sélectionner le avec soin. Si, à la manière de vous répondre, vous ne sentez pas la personne, cherchez quelqu'un d'autre. Je le répète, ce premier trajet est très important.

  • Si l'éleveur vous le livre

Demandez lui, s'il peut le fait voyager avec sa maman ou un autre âne adulte pour le rassurer.

Vous êtes arrivés à la maison.

Je peux m'imaginer que petit âne est attendu par le reste de la famille, des jeunes enfants éventuellement, ou des voisins impatients et que tout ce petit monde est bien impatient et excité. Alors s'il vous plait, demandez leur de refréner leurs joies et de rester aussi calmes que possible et de rester observateurs. Les présentations se feront plus tard.

  • Il est temps de le sortir de sa « prison » roulante

S'il n'y a personne avec lui dans le remorque, ouvrez le portillon à l'avant, montez pour lui accrocher la longe et le rassurer. Faites ouvrir la rampe par deux personnes extérieures qui se placeront de chaque côté de la rampe, pour éviter qu'il n'essaye de passer à gauche ou à droite. Retenez le, il risque d'être très pressé de sortir, de vouloir sauter et finalement de se blesser. Accompagner le dans la descente de la rampe en l'obligeant à descendre tranquillement puis amener le à son enclos et sa cabane. Lâchez-le, restez avec lui juste à l'observer et laissez le parcourir et découvrir son nouvel environnement. Parlez lui d'une voix calme, posée, douce.

Un âne mis en confiance par ses humains éleveurs sera très curieux de son nouvel habitat et de ses nouveaux humains. Habitué au contact il va rapidement le chercher. S'il sent que tout a été préparé et que son arrivée se passe dans le calme, que rien ne lui procure de stress, il va très vite venir vers vous. Attendez qu'il vienne de lui-même. Pour être plus rassurant encore, tenez vous accroupi dans son petit parc, vous serez moins impressionnant pour son champs de vision.

Dès qu'il vient, laissez le venir sentir votre respiration, c'est comme cela qu'il s'imprègnent de votre odeur, de votre chaleur. Tendez doucement la main mais en gardant vos bras autant que possible le long de votre corps et grattouillez lui le bas de l'encolure seulement si vous le senter confiant, au moindre recul de sa part, arrêter votre mouvement. Jamais de face entre les deux yeux, ils ne voient plus votre main et c'est inquiétant.

S'il est plut timoré, plus craintif alors laisser le tranquille pour l'instant. Il vient de vivre une grande aventure, il a besoin de tranquillité. Il sera bien temps, les jours prochains de le sensibiliser à votre présence.

S'il brait, surtout s'il se retrouve tout seul. Laissez le braire. Si vous y allez, il comprendra très vite que pour vous faire venir, il suffit de braire et en abusera. S'il est à portée d'oreilles, vous pouvez lui parler depuis votre maison.

Voilà, votre vie vient de changer de sens et bientôt vous vous demanderez comment vous avez pu vivre si longtemps sans lui.

J'essaye d'être aussi complète que possible dans mes explications. Si toutefois, il vous manque une information, je vous invite à venir poser votre question sur le forum d'Alm-Âne-Ach . Vous pouvez aussi me contacter directement par le formulaire « contact » en bas de ce site.

©Alm-Âne-Ach 2006-2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×